• Densité de couleur, délicatesse du bouquet, moelleux des Pomerols, mais aussi caractère généreux et corsé emprunté aux Saint-Émilions, tels sont les caractères des vins de Château Le Bon Pasteur.

    Cette extraordinaire complexité résulte de la mosaïque d’identités de ses 21 parcelles cadastrées sur l’appellation de Pomerol, à la frontière de Saint-Émilion.

  • Millésime 2014 Impression

    LES CONDITIONS CLIMATIQUES DU MILLESIME

    Tout avait plutôt bien commencé : l’Hiver, dignement arrosé, permet au sol de la propriété, de renouveler sa réserve en eau.

    Au Printemps la floraison commença dans les premiers jours de Juin, elle fût très rapide et très homogène, favorisée par un temps parfait jusqu’à fin Juin.
    A ce stade les espoirs sont grands quant à la qualité de ce nouveau millésime.

    Malheureusement, dès le mois de Juillet, le temps est instable et les vignes se concentrent sur leurs beaux feuillages, au détriment des raisins.
    Il a fallu déployer une vigilance constante et procéder très tôt aux travaux en vert, (effeuillages et éclaircissages) pour aider les raisins à atteindre la maturité optimum.

    Puis, vient enfin le plus heureux des dénouements : on aurait dit que la nature souhaitait s’excuser !

    Début Septembre des conditions climatiques superbes nous accompagnent jusqu’après la récolte.

    Nous pouvons ainsi récolter à notre gré (un luxe que nous n’avons plus connus depuis plusieurs millésimes), permettant de parachever idéalement la maturation.


    LE VIN

    Les Merlots sont superbement équilibrés, parfumés et vineux. Ils apportent opulence et rondeur dessinant le vrai style du Château Le Bon Pasteur.

    Les Cabernets Francs se distinguent par leur qualité exceptionnelle. Ils apportent délicatesse, persistance, rareté et donnent au vin son côté étincelant.

    Le Bon Pasteur 2014 présente de multiples facettes :

    il se caractérise par l’équilibre entre la fraîcheur et la rondeur, le fruit et la persistance aromatique.
    il est charmeur et élégant en reflétant admirablement la diversité des parcelles de la propriété.

    REVUE DE PRESSE

    JANCIS ROBISON

    17/20

    Des arômes intenses et parfumés de fruits savoureux purs. Beaucoup d’intensité et de puissance avec des tanins légèrement asséchant à la fin, ce qui donne une longueur pure et fraiche. Notamment une belle sucrosité grâce à la qualité des fruits secs, mais sans être trop prononcée. Très pur et vibrant.


  • Millésime 2013 Impression

    LES CONDITIONS CLIMATIQUES DU MILLESIME

    Le millésime avait commencé dès l’automne 2012 par la semence d’une couverture végétale des sols entre les rangs qui a permis d’intervenir plus tôt dans le vignoble et de limiter les excès de vigueur, favorisant ainsi la floraison.

    Malgré une hétérogénéité de résultats, les travaux d’effeuillage et de sélection amenèrent de jolis raisins.

    Ensuite ce fut une question de timing de ramassage, une maturité précoce dans le vignoble de Bon Pasteur a permis de vendanger rapidement des raisins mûrs pour notre vinification en barriques. Nous croyions devoir battre les records de vendanges tardives de 2008, ce ne fut pas le cas. Dates des vendanges : les 2, 3, 4, 7, 8 et 11, 14, 15 octobre.

    En vinification, une extraction maitrisée a permis de conserver la souplesse des tannins et leur caractère soyeux, de préserver le fruit et l’appétence pour atteindre une belle élégance : un élevage sur mesure et en finesse a apporté équilibre et élégance.

    2013 est un vrai millésime « jaloux ». L’on y retrouve souvent une forme de classicisme simple chère aux amateurs de vins plus légers, aux arômes frais, avec moins d’alcool que les années plus chaudes. Certaines cuvées sont plus concentrées, concises et de meilleure garde, et ce quelque soit les cépages et pourcentage de cabernet sauvignon, franc ou merlot, du nord au sud, d’une rive à l’autre.

    Il faut se souvenir des millésimes 1997, 2002, 2007 pour ne citer que ces derniers, lesquels, bien que difficile, se sont avérés bien intégrés dans cette diversité de Bordeaux, si chère au vieux monde.


    LE VIN

    2013 sera à boire jeune, sur le fruit et la fraîcheur, ce sera dans peu d’années un vin de plaisir, avec des tannins moyennement corpulents mais bien enveloppés, sans verdeur: un vin appétant qui permettra d’oublier en cave les 2008, 2009, 2010 et de jouir de cet équilibre jovial immédiat.


    REVUE DE PRESSE

    Wine Spectator March 2016
    James Molesworth

    Un vin de plaisir, avec des arômes de framboise juteuse et de prune en pâte de fruit, nuancés d’une touche d’anis qui se développe sur la longueur, une finale soyeuse tout en cake aux fruits.

    Hédoniste, rond et mature. A boire maintenant jusqu’en 2019. 600 caisses produites.


    James SUCKLING

    91/100

    Un Pomerol qui est raffiné et velouté avec des fruits juteux, chocolat, de petits fruits et de la crème. La fin de bouche est nette.


  • Millésime 2010 Impression

    LES CONDITIONS CLIMATIQUES DU MILLESIME

    Après un hiver froid et un printemps frais, l’unique frayeur de ce millésime 2010 aura été pendant la floraison où le climat fut un peu instable. Comme souvent, les vieilles vignes furent touchées par coulure et millerandage, cependant beaucoup moins que nous aurions pu le penser: un sérieux éclaircissage naturel !

    L’été ne fut pas très caractéristique du bordelais et de son influence océanique ; beaucoup de soleil et de lumière, pas de pluie et des températures maximales bonnes, jamais très chaudes, des minimales basses, des nuits fraîches.

    Grâce à ces conditions climatiques et à une arrière-saison exceptionnelle, les raisins de merlot et cabernet ont atteint une qualité de goût rarement égalée, des peaux épaisses richement pigmentées et des jus harmonieusement savoureux.

    Les vendanges ont débuté le 29 septembre pour les premiers merlots, les derniers cabernets ont été vendangés le 15 octobre. Elles se sont déroulées sous le soleil avec la bonne humeur qui résulte d’une cueillette « à la carte » de raisins parfaitement sains et mûrs.


    LE VIN

    Les moûts étaient riches en sucre sans dépasser les limites des grands millésimes.

    Les grandes qualités aromatiques ont été supportées par des pH conférant une acidité ferme, renforçant le caractère de fraîcheur.

    C’est une année record pour les anthocyanes ; les tanins sont d’un bon niveau de concentration sans exagération, soyeux et tendres comme nous les aimons.


    REVUE DE PRESSE

    Robert Parker

    95/100

    Un corps charnu avec beaucoup de moka, de kirsch, de mûre et de prune, le 2010 est très aromatique, une bouche corsée, pureté formidable, la densité et même une note de copeaux de crayon et de chêne grillé subtil. Si vous voulez comprendre le talent des Rollands, il n’y a pas de meilleur exemple que de regarder leur propre vin à partir de cette propriété à Pomerol. Les tanins sont présents, ainsi que je pense que ce vin a un potentiel de garde exceptionnel.


  • Millésime 2009 Impression

    LES CONDITIONS CLIMATIQUES DU MILLESIME

    Le début de saison fut un peu difficile : des températures dans les moyennes saisonnières, une pluviométrie largement supérieure, une floraison dans des conditions climatiques qui n’étaient pas idéales, une pression mildiou assez forte.

    Le climat changea, une semaine de beau temps, ensoleillé mais pas très chaud et la vigne se mit à évoluer, à pousser, permettant une floraison bien meilleure que nous aurions pu le penser. Nous entrâmes dans une période de soleil, lumière, chaleur, où tout était là mais sans excès : ce que la vigne aime par-dessus tout.

    La nouaison se fit très bien, tout alla vite, avec ce mois de juillet qui nous confirma que nous étions bien en été.

    Puis la véraison, dernière semaine de juillet, annonça une année assez précoce.

    Le mois d’août qui doit « faire le moût » comme disaient les anciens, ressembla vraiment à un mois estival et les résultats analytiques du début septembre étaient excellents.

    Vers le 14 septembre, quelques merlots furent cueillis, puis vint un week-end pluvieux qui aurait pu affoler tout le monde : de 30 à 80/90 mm tombèrent très rapidement, ce qui ne permit pas à l’eau de pénétrer les sols, mais nous verrons aussitôt le peu d’influence, sinon permettre à des endroits qui commençaient à souffrir de sécheresse, de retrouver un dynamisme de bon aloi, pour terminer la maturation des beaux raisins que nous avions sur pieds.

    Après ces quelques pluies, les conditions météorologiques revinrent au beau temps. Le bon niveau de sucre atteint très tôt en septembre ne bougeait pas, mais tous les jours le goût des peaux changeait, et l’arrière-saison historique que nous vivions incitait tout le monde à ramasser « à la carte », en choisissant les meilleurs endroits en l’instant « t ».


    LE VIN

    Les vins sont comme nous les espérions : le fruit excellent, le milieu de bouche plein et dense, le tanin soyeux et beau, prêt au vieillissement, la finale puissante, longue.
    C’est l’archétype du très grand millésime, merci Dame Nature, elle seule nous permet d’atteindre les sommets.


    REVUE DE PRESSE

    James Suckling

    95/100

    Un vin aux arômes vifs et intenses avec des arômes de framboise et de citron. Une structure puissante avec des tanins soyeux et une belle acidité tendue. Un très bon équilibre sur les fruits. Une super bouteille !


  • Millésime 2008 Impression

    LES CONDITIONS CLIMATIQUES DU MILLESIME

    Un millésime tardif, classique, complexe, « haute couture » !

    Il faut remonter à 1988 pour retrouver des similitudes dans les conditions climatiques. Avril est très froid (le 7, des gelées endommagent les vignobles), Mai est désagréable, pluvieux et froid.

    Début juin, la floraison ne se présente pas sous les meilleurs auspices : il fait trop froid et les pluies sont trop abondantes pour la saison. Résultat : coulure et millerandage, annonciateurs de faible récolte… Juillet est meilleur qu’en 2007, mais août n’est pas au rendez-vous, nuageux, triste, avec de petites pluies régulières engendrant une humidité constante et des températures en dessous des normales saisonnières. La véraison se fait attendre, le phénomène est lent et ne se termine que dans la deuxième quinzaine d’août. Les vendanges sont tardives – du 7 au 20 octobre – et très sélectives. Vinification presque intégralement en barriques neuves : une première !


    LE VIN

    Les vins sont structurés et denses, avec une grande palette aromatique, ils reflètent le travail dans le respect du fruit et de la matière et semblent avoir tous les éléments pour faire un millésime surprenant !


    REVUE DE PRESSE

    Robert Parker

    93/100

    Un vin délicieux, impressionnant et très séduisant, le Bon Pasteur 2008 présente des arômes épicés, de moka, de grain de café , de cassis et des saveurs de mûres douces . Avec des tanins soyeux, un milieu de bouche corsé, une pureté admirable et une personnalité irrésistible, il peut être apprécié au cours des 10-15 prochaines années.


  • Millésime 2005 Impression

    LES CONDITIONS CLIMATIQUES DU MILLESIME

    Un très grand millésime grâce à une nature généreuse. Son cycle végétatif s’est déroulé dans des conditions presque parfaites. Le débourrement est un peu tardif mais un beau printemps, doté d’une faible pluviométrie et de températures idéales, permet de rattraper ce retard. La floraison est à date normale, homogène et courte. Un mois de juin chaud et ensoleillé. Début juillet, quelques orages pallient une petite situation de sécheresse, la vigne croît dans de bonnes conditions. Fin août, quelques pluies apportent à nouveau l’humidité nécessaire. Grâce à une bonne maîtrise des rendements, les raisins sont ramassés dans d’excellentes conditions – ils sont gorgés de sucre et de fruit, avec des pellicules épaisses chargées d’anthocyanes et de tannins, et présentent une acidité de très bon niveau et un parfait état sanitaire.


    LE VIN

    2005 s’inscrit dans l’histoire de Bon Pasteur comme 1982 avec, en surcroit, le raffinement apporté par la connaissance : savoir-faire, sélection et immense respect du raisin que l’on ignorait auparavant.


    REVUE DE PRESSE

    Robert Parker

    95/100

    Un beau vin de Dany et Michel Rolland, ce 2005 est étonnamment concentré et puissant – plus que d’habitude. Couleur de rubis profond / violet, avec beaucoup de cerise noire et de cassis, de réglisse et une touche de caramel, ce vin est encore plein, jeune, et encore un potentiel de garde de 15-20 ans.


  • Millésime 2001 Impression

    LES CONDITIONS CLIMATIQUES DU MILLESIME

    Une année peu favorable mais un millésime tout de même étonnant. Des pluies supérieures aux moyennes trentenaires, une répartition des températures en dent de scie, alternant périodes froides et moments de canicule… Là aussi, il a fallu en tirer le meilleur parti. Ebourgeonnages, effeuillages et autres éclaircissages et tris ont permis d’obtenir de très bons raisins.


    LE VIN

    Ce millésime n’est pas homogène comme son prédécesseur dans beaucoup de propriétés, mais le travail forcené de sélection et de délicatesse a permis d’obtenir d’excellents moûts, avec des structures tanniques de qualité, un bon équilibre et une très belle maturité de fruit. Ce sera un compétiteur de poids et de charme derrière 2000, dont nous sommes particulièrement fiers.


    REVUE DE PRESSE

    Robert Parker

    92/100

    Un formidable succès des célèbres œnologues Dany et Michel Rolland de Bordeaux, le Bon Pasteur 2001 est un effort super pour le millésime. Couleur pourpre, avec un nez somptueux d’épices, de fumée, de cerise noire, de moka et de boîte à épices. Ce vin opulent, a une structure corsée, révèle une intensité étonnante pour un vin de ce millésime. À maturité: 2006-2017. Bravo!


  • Millésime 2000 Impression

    LES CONDITIONS CLIMATIQUES DU MILLESIME

    Un grand millésime qui n’a pas été aisé. La floraison et la véraison sont relativement rapides et homogènes. Dans l’ensemble, les ambiances chaudes et sèches du mois d’août permettent une très bonne maturation, excepté pour les plantations sur sols sableux qui ont souffert d’un stress hydrique notable. Les raisins sont de très grande qualité, les peaux épaisses, riches en composés phénoliques et la teneur en sucres élevée.


    LE VIN

    Les vins, sombres, riches et consistants, sont onctueux et suaves en bouche, avec beaucoup de fruit et du gras. Un très beau millésime pour cette fin de siècle, et un grand chiffre pour le soutenir.


    REVUE DE PRESSE

    Robert Parker

    93/100

    Apparemment en pleine maturité, Le Bon Pasteur 2000 très séduisant de Michel et Dany Rolland révèle une sombre couleur grenat avec des arômes de cèdre, d’herbes rôties, mûres, cerises noires caramélisées, et des notes de fumée et de kirsch. Ce Pomerol charnu révèle un faible acidité, délicieux, large en milieu de bouche et un grand potentiel de garde.


  • Millésime 1998 Impression

    LES CONDITIONS CLIMATIQUES DU MILLESIME

    Année remarquable pour Pomerol et pour Bon Pasteur. Avec un débourrement tardif et une pluviométrie record en avril, ce millésime ne s’annonçait pas sous les meilleurs auspices. Mais la floraison se passe sans encombre durant la première semaine de juin. Fin juin et début juillet, les températures sont anormalement basses et le soleil est aux abonnés absents. Le mois d’août très chaud entraîne un développement très rapide de la richesse en composés aromatiques et phénoliques. Les raisins sont beaux, sains et murissent vite. Les résultats sont impressionnants :


    LE VIN

    Une densité de couleur, une texture riche et soyeuse, comme dans les grands millésimes. Le niveau de qualité des merlots est surprenant.

    Les vins sont d’une belle couleur pourpre profond, avec des arômes riches et complexes de fruits noirs (mûre, cerise, cassis), de moka et de caramel. Puissants et corsés en bouche, ils ont une finale opulente. Richesse et élégance. Un millésime qui donne la plus belle expression du terroir de Pomerol.


    REVUE DE PRESSE

    Wine Spectator
    James Suckling

    93/100

    Arômes d’olive verte, raisin et d’épices mènent à une bouche corsée aux tanins doux et mûrs. Une longueur en bouche avec du cassis noir. Délicieux déjà aujourd’hui et encore une longue vie devant lui.


  • Millésime 1990 Impression

    LES CONDITIONS CLIMATIQUES DU MILLESIME

    Un millésime d’exception dans cette très grande année sèche. Le troisième volet d’une trilogie rare dans les annales. C’est aussi l’année des premières véritables vendanges en vert. Malgré la grande sécheresse persistante, le vignoble reste en parfait état et les raisins sont très beaux. Les teneurs en sucre sont élevées, la qualité du tannin exceptionnelle.


    LE VIN

    Ce sont de très grands vins, denses, dotés de couleurs profondes avec des arômes de fruits mûrs, du gras et des tannins soyeux, avec belle longueur. Tendres et charnus, ils peuvent vieillir longtemps. Une réussite.


    REVUE DE PRESSE

    Robert Parker

    91/100

    En pleine maturité, 1990 Bon Pasteur offre des arômes de moka, de caramel, de boîte à épices, prunes mûres et des notes de figues ainsi que les cerises noires. Doux, crémeux, expressif, sexy, et charnue.


  • Millésime 1982 Impression

    LES CONDITIONS CLIMATIQUES DU MILLESIME

    Une très grande année, précoce et généreuse en volume. Une climatologie exceptionnelle a permis un épanouissement de la végétation. Logiquement, la maturité parfaite a donné une vendange d’une qualité superbe. Le merlot est extraordinaire.


    LE VIN

    Les vins sont noirs et riches ; leur bouquet complexe, marqué par des arômes de cerise et des notes confites de fruits mûrs. Une bouche opulente, dense et concentrée, avec de très beaux tannins soyeux, persistants en finale. Que du bonheur… Assurément le millésime du XXème siècle.


    REVUE DE PRESSE

    Robert Parker

    96/100

    Ce vin était fabuleux à boire jeune, mais 27 ans après, l’évolution est incroyable. Un Pomerol classique, il donne une couleur sombre grenat avec seulement une légère éclaircissement sur le disque ainsi que des arômes sensationnels de crème brûlée, cerises noires enrobées de chocolat et de cassis, figues et des prunes, un corps riche corsé, puissant et une pureté exceptionnelle, l’opulence et la longueur. Je pensais que ce 1982 serait dans sa tombe il y a dix ans, mais il continue à bien évoluer dans un grand équilibre, c’est la définition d’un grand Bordeaux. Il sera délicieux pendant encore 10 ans.


Avez-vous l'âge légal pour acheter ou consommer de l'alcool dans votre pays de résidence?

En entrant sur ce site, vous acceptez d'être soumis à ces termes et conditions d'utilisation.